géométrie projective: Exemple de calculs

Résumé:
\bullet On se donne
une forme linéaire non nulle T \in E^* et on considère l’hyperplan vectoriel E_{\infty} défini par T. On pose P(E_{\infty}) =D_{\infty} (c’est un hyperplan projectif) et X = P(E )\setminus D_{\infty }

L’application qui à \overrightarrow{u} \in E_{\infty} et \bar{x}\in X associe \overrightarrow{u}.\bar{x} = \overline{x + T(x)\overrightarrow{u}} est bien définie. C’est une opération de E_{\infty} sur X , simplement transitive, de sorte qu’elle fait de X un espace affine sous E_{\infty}.
Si \bar{a}, \bar{b} sont deux points de X, le vecteur \overrightarrow{ab} est le vecteur de E_{\infty} défini par \overrightarrow{ab}=\dfrac{b}{T(b)}-\dfrac{a}{T(a)} , il est indépendant du choix des représentants des points.

Situation 1 (T=x+y+z)
Soit a(0,1,1) et b(2,0,1), \overrightarrow{ab}=(\dfrac{2}{3},-\dfrac{1}{2}, -\dfrac{1}{6})

Rendered by QuickLaTeX.com

Soient \bar a , \bar b deux points de P(E), la formule (a \wedge  b)(c)=[a,b,c] définit une forme linéaire sur E^* qui est une équation de (\bar a \bar b)

Pour f,g dans E^*, le vecteur f\wedge g de E défini par la formule h(f\wedge g) = [f,g,h] aura pour image dans P(E) le point d’intersection des deux droites définies par f et g.

Une formule fondamentale :(a\wedge b)\wedge(c\wedge d) = [a,c,d]b-[b,c,d]a.

\bullet On appelle droite affine la trace surX d’une droite projective distincte de D_{\infty}. Une telle droite D est l’image d’un plan vectoriel V de E, distinct de E_{\infty}. La droite vectorielle associée est l’intersection
\overrightarrow{D} = E_{\infty}\cap V et son image dans D_{\infty} est l’unique point à l’infini de D (appelé \underline{\text{direction}} de D).

Situation 1 (T=x+y+z)
Soit a(0,1,1) et b(2,0,1)
a\wedge b donne l’équation de (ab) soit x+2y-2z=0, et pour déterminer la direction ,comme :

(1,2,-2)\wedge(1,1,1)=(4,-3,-1), la direction de (ab) sera le point de D_{\infty}   (-4,3,1),

Deux droites D et D' sont dites parallèles si les droites projectives associées ont même point à l’infini.
Soit T l’équation de D_{\infty} et F, G les droites d’équations f et g. Les droites F, G sont parallèles si et seulement si on a  T(f \wedge g) = 0 .

Si f est une forme définissant une droite F et si a, b sont deux points, les droites F et (ab) sont parallèles si et seulement si on a T(b)f(a) = T(a)f(b).

\bullet Dans le plan affine, on peut définir (indépendamment de toute structure métrique) la \underline{ \text{mesure}\; \text{algébrique}} d’un vecteur de direction donnée.

On suppose qu’on s’est donné une équation f \in E^* de V . Alors, le vecteur \overrightarrow{i} = f \wedge T est un vecteur non nul de\overrightarrow{D } (qu’on appelle un \underline{ \text{vecteur}\; \text{directeur}} de D), et si a, b sont deux points de D, on appelle mesure algébrique du vecteur \overrightarrow{ab} relativement à \overrightarrow{i} le nombre \lambda=\overline{ab} défini par la formule : \overrightarrow{ab}=\lambda \overrightarrow{i}

Exemples : situation 1 (x+y+z=0)

Calcul du birapport: (voir article du même nom)

Soient \bar a (1,1.5,1),\bar b(3,2.5,1) ,\bar c(4,3,1) ,\bar d (8,5,1) , quatre points de la droite D image d’un plan vectoriel V d’équation x-2y+2z=0 , (f).

Méthode 1 : (la plus courante)

[a,b,c,d]=\dfrac{\overline{ac}}{\overline{ad}}\div\dfrac{\overline{bc}}{\overline{bd}}

Méthode 2 : Si V est muni d’une base e_1 , e_2, et si les vecteurs image de ces points ont pour coordonnées respectives \begin{pmatrix}  a_1 \\  a_2  \end{pmatrix} ,\begin{pmatrix}  b_1 \\  b_2  \end{pmatrix} ,\begin{pmatrix}  c_1 \\  c_2  \end{pmatrix} et \begin{pmatrix}  d_1 \\  d_2  \end{pmatrix} dans cette base, on a aussi :

[a,b,c,d]=\dfrac{\begin{bmatrix}c_1 & a_1 \\c_2 & a_2\end{bmatrix}.\begin{bmatrix}d_1 & b_1 \\d_2 & b_2\end{bmatrix} }{\begin{bmatrix}c_1 & b_1 \\c_2 & b_2\end{bmatrix}.\begin{bmatrix}d_1 & a_1 \\d_2 & a_2\end{bmatrix}}

Méthode 3 : (Très pratique )

Si f et g sont les équations de deux droites passant par c et d, alors:

[a,b,c,d]=\dfrac{f(a)g(b)}{f(b)g(a)}

Vérification :

(f \wedge T)=(-2\times(1)-1\times 2,-(1\times 1 - 1\times 2), 1 \times1-1\times(-2)) et \overrightarrow{i}(-4,1,3) est un vecteur directeur de D.

\overrightarrow{ac}=\dfrac{c}{T(c)}-\dfrac{a}{T(a)}=\dfrac{1}{8}(4,3,1)-\dfrac{1}{3.5}(1,1.5,1)

=(\dfrac{12}{56},\dfrac{-3}{56}, \dfrac{-9}{56})=-\dfrac{3}{56}\overrightarrow{i}

donc \overline{ac}=-\dfrac{3}{56}

\overrightarrow{bd}=\dfrac{d}{T(d)}-\dfrac{b}{T(b)}=\dfrac{1}{14}(8,5,1)-\dfrac{1}{6.5}(3,2.5,1)

=(\dfrac{20}{182},\dfrac{-5}{182}, \dfrac{-15}{182})=-\dfrac{5}{182}\overrightarrow{i}

donc \overline{bd}=-\dfrac{5}{182}

On aura aussi , \overline{ad}=-\dfrac{7}{98} et \overline{bc}=-\dfrac{1}{104} et pour finir:

[a,b,c,d]=\dfrac{-\dfrac{3}{56}}{-\dfrac{7}{98}}\div\dfrac{-\dfrac{1}{104}}{-\dfrac{5}{182}}=\dfrac{15}{7}

Pour la méthode 2 on choisit e_1(2,1,0) , e_2(-2,0,1) comme base de V

Considérons maintenant les vecteurs, a(1,1.5,1) image de \bar a, a a pour coordonnées dans (e_1 , e_2), \begin{pmatrix}  1.5 \\  1  \end{pmatrix} , b aura pour coordonnées \begin{pmatrix}  2.5 \\  1  \end{pmatrix} , c \begin{pmatrix}  3 \\  1  \end{pmatrix} et d \begin{pmatrix}  5 \\  1  \end{pmatrix}

donc [a,b,c,d]=\dfrac{\begin{bmatrix}3 & 1.5 \\1& 1\end{bmatrix}.\begin{bmatrix}5 & 2.5 \\1 & 1\end{bmatrix} }{\begin{bmatrix}3 & 2.5 \\1& 1\end{bmatrix}.\begin{bmatrix}5 & 1.5 \\1 & 1\end{bmatrix}}=\dfrac{1.5 \times 2.5}{3.5 \times 0.5}=\dfrac{15}{7} !

Pour illustrer la méthode 3,  on choisit (au hasard ?)  f: x+2y-10z=0 et g:x-y-3z=0

on a bien f(c)=g(d)=0 et

[a,b,c,d]=\dfrac{f(a)g(b)}{f(b)g(a)}

=\dfrac{(-6)\times(-2.5)}{(-2) \times(-3.5)}=\dfrac{15}{7}.

Un autre exemple: parmi les applications projectives par excellence on trouve les incidences et les perspectives:

Soit D une droite de P(E) et m un point de P(E), avec m \notin D.

On appelle incidence l’ application i : m^ * \rightarrow D qui à une droite d passant par m , associe l’unique point d’ intersection de d et de D, montrons à travers un exemple que cette application est une homographie.

Soit m(3,2,1) et D:x+y-8z=0, d a pour équation \alpha x+\beta y +\gamma z=0 avec 3\alpha + 2\beta +\gamma =0 soit d: \alpha x+\beta y + (-3\alpha-2\beta)z=0

Prenons e_1^* (1,0,-3) et e_2^*(0,1,-2) comme base de m^ *, et e_1 (3,5,1) et e_2(6,2,1) comme base de V dont D est l’image, le point d’ intersection de d et de D est donné par le calcul (D\wedge d)

=(1\times(-3\alpha-2\beta)-\beta\times (-8),-(1\times (-3\alpha-2\beta) - \alpha\times (-8)), 1 \times\beta-1\times\alpha)

=(-3\alpha+6\beta, -5\alpha+2\beta, \beta-\alpha)=-\alpha e_1 +\beta e_2

…puis les coordonnées exactes du point d’intersection seront =(\dfrac{-3\alpha+6\beta}{ \beta-\alpha},\dfrac{ -5\alpha+2\beta}{\beta-\alpha}, 1)

Exemple, avec d:2x-y-4z=0, (\alpha=2,\beta=-1), les coordonnées du point cherché sont :

(\dfrac{-6-6}{ -3},\dfrac{ -10-2}{-3}, 1)=(4,4,1) !

i est bien une homographie car i(\bar x)=\bar {u(x)}u est l’application linéaire de m^* dans V définie par
u(\alpha e_1 ^*+\beta e_2 ^*)=-\alpha e_1 +\beta e_2 .

On appelle perspective de centre m de D sur D_0.l’application p_m : D\rightarrow D_0 qui à x \in D associe l’unique point d’ intersection de (mx) et de D_0, montrons à travers un exemple que cette application est une homographie.

D=x-y+z=0 , D_0:x-2y+8z=0 et m(2,1,1) .

Prenons u (1,1,0) et v(1,0,-1) comme base de V dont D est l’image , et u' (8,0,-1) et v'(8,4,1) comme base de V' dont D_0 est l’image

Soit x un point de D et \alpha u+ \beta v son image dans V, (mx) aura pour équation (m\wedge x)

=(1\times(-\beta)-1\times \alpha,-(2\times (-\beta) - 1\times (\alpha +\beta)), 2\times\alpha-1\times (\alpha +\beta))

=(-\alpha-\beta, \alpha+3\beta, \alpha-\beta)

Puis on calcule (mx \wedge D_0) et on obtient =(10\alpha+22\beta, 9\alpha+7\beta,\alpha-\beta)=-\dfrac{10\alpha+22\beta}{8} u' +\dfrac{9\alpha+7\beta}{8} v'

…puis les coordonnées exactes du point d’intersection seront =(\dfrac{10\alpha+22\beta}{ \alpha-\beta},\dfrac{ 9\alpha+7\beta}{\alpha-\beta}, 1)

p_m est bien une homographie car p_m(\bar x)=\bar {u(x)}u est l’application linéaire de V dans V' définie par
la matrice \begin{pmatrix} -\frac{10}{8} & -\frac{22}{8} \\ \frac{9}{4} & \frac{7}{4} \end{pmatrix}

Remarque , on aurait pu remarquer qu’une perspective n’est rien d’autre que la composée de deux incidences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

82 + = 92